Moi, Hercule de Marie-Chrisitine Arbour

moi herculeÀ la mort de son père, un écrivain presque quinquagénaire qui n’a jamais vraiment réussi à faire publier ses écrits, intellectuel, un peu perdu et psychologiquement troublé, se voit accorder deux millions de dollars en héritage à condition d’accomplir douze travaux, comme Hercule. L’homme doit donc s’engager dans des aventures semblant toutes plus loufoques les unes que les autres. Mais quel est donc le but de toutes ces épreuves bizarres ?

Par Corinne Bénichou

Ce roman entraîne le lecteur dans un voyage initiatique partant de Montréal pour se rendre à New York, en passant par Paris et Vancouver. Une histoire démesurée qui oblige le protagoniste à accepter des situations cocasses et à découvrir des capacités jusque-là insoupçonnées.

Après avoir publié des nouvelles en français et en anglais dans plusieurs périodiques, Arbour livre, ici, une histoire à rebondissements qui vous incitera à vouloir en savoir de plus en plus, au fil des pages, jusqu’au final, grâce à sa façon insolite d’aborder son sujet.

En évoquant des thèmes graves comme le deuil, la solitude, l’anxiété, prémisse de la dépression d’où découle la dépendance aux médicaments et mine la confiance en soi, Elle offre une écriture emplie d’humanité. Vous vous atttacherez au sort de son personnage et lui souhaiterez de réussir.

Illustration intérieure : Lætitia Giraud.

Publié chez Annika Parance Éditeur 

Ce contenu a été publié dans Littérature. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.