Le bestiaire d’Alana Barrell

L’artiste dévoile la beauté et le bestiaire de la schizophrénie de l’autre côté de la pandémie au Centre d’Apprentissage Parallèle de Montréal !

Par Corinne Bénichou

Jusqu’au 30 septembre 2022, cette exposition fait partie du projet des Ambassadeurs de la santé mentale encourageant les gens aux prises avec des défis psychologiques à développer davantage leurs œuvres pour faire face aux émotions perturbantes afin d’atteindre un sentiment de bien-être. « Certains jours sont plus sombres, mais il y a toujours des couleurs plus vives qui nous attendent pour peindre une nouvelle histoire » dixit Alana Barrell.

Après The Shortest Path (Usine C – 2018) et Wild Characters (CAP – 2017), c’est sa troisième exposition solo. À cette occasion, la jeune femme présente ses œuvres les plus récentes mais aussi celles des cinq dernières années. À trente-neuf ans, elle n’avait jamais été à l’unité psychiatrique mais, en 2020, elle est tombée malade et a été hospitalisée trois fois pour une durée totale de trois mois. Durant les périodes de pic de la pandémie, les diverses organisations sur lesquelles Alana Barrell et ses pairs comptaient étaient fermées comme la majorité des entreprises. Les effets de la quarantaine, du couvre-feu et de l’isolement étaient difficiles pour les personnes raisonnablement en santé, alors pour celles avec des conditions préexistantes de santé mentale précaire, les effets ont été dévastateurs. « Je ne pouvais plus peindre, je ne pouvais plus rien faire, j’avais peur de quitter ma maison, mais j’avais peur à l’intérieur de chez moi aussi ! »

Au moment la société revenait vers une nouvelle normalité, Barrell entreprend son propre cheminement vers la guérison à la suite d’un autre épisode débilitant de sa schizophrénie cyclique. Elle a commencé à retourner au centre, de manière tentative, combattant ses démons à chaque étape. « C’était vraiment difficile au début, tout le monde avait peur, ça a rendu ma maladie encore pire, je commençais à voir des démons et des fusils partout autour de moi, une fois, j’étais tellement angoissée que j’ai vomi sous mon masque dans l’autobus. C’est encore difficile pour moi de quitter la maison certains jours. »

Malgré ces défis, la persévérance de Barrell en a valu la peine. Elle a assemblé un excitant corps de travail pour réaliser cette exposition. Le directeur artistique du centre, Xavier Bonpunt, était excité de présenter ses toiles une fois de plus, partageant son sentiment que la grande variété de créatures inspirées du monde animal, elle invente un bestiaire unique qui parle du vivant.
Photo  Josie  Desmarais – journal Métro                                             

Fascinée par les animaux, les créatures colorées, réelles ou imaginaires, sont effectuées avec un œil ludique et fantaisiste. « J’espère que mes œuvres vont aider les autres à voir les animaux de la même manière que je les vois et aussi de voir le monde un peu différemment.»

Du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures.
Entrée libre.

Centre d’Apprentissage Parallèle
4865, Saint-Laurent
Montréal
(514) 843-5658
w
ww.ateliersducap.org

Ce contenu a été publié dans Arts Visuels. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.