Ouest Corsica, à découvrir !

Après un vol transatlantique (Montréal-Paris), c’est à l’aéroport d’Orly que la compagnie Air Corsica vous emportera vers l’Île de Beauté.

Par Corinne Bénichou

En fait, l’aéroport Napoléon Bonaparte d’Ajaccio s’appelait, il n’y a pas si longtemps, le Campo dell’ Oro (le champs d’or), tout simplement parce qu’il y avait des milliers de petites fleurs jaunes à cet endroit.

En cette période automnale, votre premier arrêt, Cargese, hôtel-restaurant Bel Mare tenu par Emmanuelle et Thierry, leur terrasse comme leurs chambres offrent une vue magnifique sur l’immensité de la Méditerranée.(1) Pour votre premier repas, n’hésitez pas à demander la soupe corse, faite de légumes et de légumineuses, tellement réconfortante. Une vraie bonne idée ! En complément, vous aurez la lune se reflétant dans la mer, la carte postale à son meilleur.

Le lendemain, toujours à Cargese, allez rencontrer Sandrine de l’office de tourisme. Après un délicieux dîner au restaurant 20130(2) dont le sympathique serveur, François, vous proposera la carte ou le menu, elle vous guidera pour votre tour du village, la visite des deux églises, latine et grecque, explications incluses sur l’histoire avec un grand H.

Deuxième arrêt : Avant de filer vers Piana, faites un crochet par la table d’orientation, un incontournable, afin d’apprécier le paysage dans son ensemble. Vu d’en haut, la Méditerranée est turquoise. Descendez jusqu’à la plage et constatez à quel point, de près, l’eau est transparente. Suite à votre délicieux dîner au Casabianca, le bonheur sera à quelques pas. Ne soyez pas étonnés si les poissons frôlent vos pieds lors de cette baignade.

Rendu dans le village, Lucie de l’office de tourisme, vous dirigera vers un autre point important, la maison et la stèle de Danièle Casanova, résistante pendant la seconde guerre mondiale, arrêtée à Paris le 15 février 1942 par la police française, déportée au camp de concentration d’Auschwitz où elle est décédée le 10 mai 1943.

Le soir venu, faites-vous plaisir, choisissez le Capo Rosso, hôtel-restaurant quatre étoiles, vous ne serez pas déçus ! Après une saucette dans la piscine extérieure chauffée, de votre balcon, emplissez vos yeux du coucher de soleil sur la mer, À coup sûr, vous serez sous le charme de cette beauté naturelle. Savourez chaque minute de cet instant magique!

De Piana à Porto, vous traverserez les calanques par la route panoramique. Hautes de plusieurs centaines de mètres, rongées par le vent et la brume de mer, de toutes formes, elles ont inspiré Guy de Maupassant. Vous découvrirez l’Évêque, le cœur, l’Indien, la tête de géant, le château fort, la tête de chien, le lion, la mariée, les gargouilles, le dromadaire et la tortue. Une légende est associée à ces calanques et aussi au golfe de Porto, celle de Satan d’une bergère, de son mari et de Saint Martin qui ramena le calme en cet endroit.(3)

Au hasard d’un virage, il ne sera pas rare de rencontrer, en toute liberté, des vaches, des chèvres et des cochons. Ces derniers sont à majorité de couleur noire. Ces animaux ne sont pas sauvages, ils sont tout simplement libres de circuler. Le soir venu, ils connaissent le chemin et rentrent au bercail. Petite précision, il n’y a pas de saucisson d’âne en Corse. Considéré comme un animal de compagnie, au grand jamais, il ne servirait de nourriture. Voilà la vérité est rétablie !

Après avoir poser votre valise à l’hôtel Flots Bleus de Porto, rendez-vous à l’office de tourisme où Carine vous invitera à parcourir l’exposition sur Ange Tomasi dont quarante-six de ses photos prises dans la région s’y trouvent. Ce photographe, né en 1883 à Corte, s’est beaucoup promené. À cette occasion, il a croqué les habitants et les lieux. Considéré par le milieu de la photographie comme un pionnier, on lui attribue quinze mille clichés dont beaucoup de cartes postales. À la sortie de l’office, dirigez-vous vers le quai et prenez le bateau de Jean-Baptiste propriétaire de la compagnie Porto Linea. La croisière de trois heures vous emmènera aux calanques de Piana, au Capo Rosso jusqu’à la réserve naturelle de Scandola où la biodiversité est digne d’attention, la protection de la faune et de la flore, exceptionnelle, ce qui permet de faire de belles découvertes. Côté mer, les espèces présentes sont le mérou, le baracuda, le denti, le corb, la liche et l’oursin diadième pour ne citer qu’eux. Côté terre, le cormoran huppé, le balbuzard pêcheur, emblème de la réserve, le goéland argenté, le faucon pellerin la rainette arbicole, la couleuvre verte et jaune, entre autres. Au total, cent cinquante espèces protégées. Côté flore, la majeure partie est recouverte de maquis : Arbousier, oliviers, bruyère, myrte, pistachier et lavande mais également, figuiers de barbarie et Osmonde royale, grande fougère de couleur vert clair. Quant à sa géologie, la réserve est marquée par le volcanisme qui a laissé des marques significatives dont les orgues rhyolitiques inclinés et plusieurs grottes, creux ou trous de taille et de volume variables. Au détour d’un rocher apparaît Girolata, une paisible baie et son Fortin, petite forteresse construite sous la république de Gènes. Le fait marquant de l’histoire est la capture de Dragut, bras droit du célèbre pirate Barberousse ! Tranquillement le bateau reviendra au port après cette belle balade en Méditerranée.

Le lendemain matin, prenez le temps de visiter la tour génoise. Située sur un promontoire rocheux, elle domine le village, la marine et le port du haut de ses quarante-cinq mètres. Sa particularité est d’être carrée. Classée aux Monuments historiques depuis 1946, elle a été restaurée en 1993. Depuis, elle est de nouveau accessible au public. Son exposition permanente sur l’histoire de ces fameuses tours à travers la Corse est très intéressante. Sa terrasse vous offrira une vue sur le golfe de Porto et la partie basse du village ainsi que sur les montagnes environnantes. L’accès est facile et sans danger, il se fait par un chemin en escalier creusé dans le granit, quelques minutes de marche suffisent pour arriver à destination.

En après-midi, passez à l’atelier-boutique, Le travail de la nacre, de manière à en savoir un peu plus sur cette substance et sur le corail rouge, couleur typique parmi tous les coraux, une matière précieuse, allant du rouge intense à l’orangé, offrant une palette de nuances avec laquelle, l’art de créer des bijoux devient une passion. Appelé aussi l’Or rouge de méditerranée, les créateurs jouent les équilibristes entre les fortes traditions et la modernité. Le corail, faisant parti des croyances, il est le vecteur d’imagination pour concevoir et initier la nouveauté. Le bijou référence est la main contre le mauvais sort. Quant à la nacre, elle provient de différents coquillages permettant, avec leurs reflets irisés, d’obtenir de jolis items. C’est certain, l’attrait sera irrésistible, vous quitterez l’endroit avec un bracelet, un collier ou des boucles d’oreilles montés sur de l’or dix-huit carats ou de l’argent.

Entre Porto et Évisa, le village d’Ota s’étend au milieu des terrasses plantées d’oliviers. C’est l’une des neuf communes rurales du canton des Deux-Sevi. Elle est bâtie à flanc de montagne, dominée par le mont Capu. Pour la petite histoire, perché à mille deux cent vingt mètres, un rocher de forme ronde y trône. Il semble menacer le paisible village qui s’étend à ses pieds. D’après les villageois, celui-ci est maintenu par de grosses chaînes installées par des moines se relayant pour surveiller. Singulière la légende, n’est-il pas ! À l’est, le pont génois de Pianella, jamais remanié, enjambe la rivière de Porto. Construit en pierre de taille, il présente une arche en plein cintre de quinze mètres.(4)

Votre halte à Évisa sera un plongeon en pleine nature, Barbara de l’office de tourisme vous indiquera les deux chemins mythiques, celui des châtaigniers et celui des condamnés. Le premier est un sentier de découverte depuis le village jusqu’aux piscines naturelles d’Aïtone. Sur place, soyez attentifs, un coeur de pierre vous apportera l’amour. Ce trois kilomètres cinq cents a pour but de vous faire comprendre l’histoire et la vie de la châtaigneraie corse en onze panneaux. Le second, de sept kilomètres, est une balade familiale pédestre. Elle fait allusion aux prisonniers du pénitencier de Coti venus ouvrir la route forestière à l’époque génoise. Elle est entourée de pins Lariccio qui, à cette période, étaient exploités pour construire des mats de bateaux. Lors de votre promenade, tendez l’oreille et peut- être, entendrez-vous la Sitelle, oiseau endémique à ces forêts de pins.

Dernière étape de votre voyage, le couvent de Vico. Depuis 1836, il est habité par les missionnaires Oblats de Marie Immaculée, dont le père Albini en a été le supérieur emblématique. Reconnu comme un apôtre de la Corse, il est célébré chaque année, le 20 mai au couvent, lieu de son tombeau. Votre retour vers Ajaccio passera par le Spunta di Mare, dernière nuit en Corse avant de vous envoler pour Paris, puis Montréal.

À n’en pas douter, suite à ce formidable périple, vous le prônerez haut et fort « On ne quitte pas la Corse, on s’absente seulement ! »

Découvrez les vidéos de ce voyage au https://www.facebook.com/profile.php?id=100063307116161

Remerciements à Jeanine Pieraggi de l’office de tourisme Ouest Corsica. Sandrine de Cargese, Lucie de Piana, Carine de Porto, Jean-Baptiste de Porto Linea, Barbara, Jean-Jacques et Marie-Paule d’Évisa.

(1) Tous les hébergements cités ont offert des vues extraordinaires.
(2) Code postale du village.
(3) Le site des calanques de Piana, les golfes de Porto et de Girolata-Scandola sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.
(4)Le cintre est une structure de type échafaudage renforcé, qui soutient le coffrage permettant de couler le tablier. C’est le type de construction le plus couramment usité pour les ponts de petite ampleur.

Photo chèvres : Maite Ekla
Photos cœur et évêque : Jeanine Pieraggi
Photo tête de lion : Pinpin
Photo château fort : Paradisu info
Photo balbuzard pêcheur : Corse Matin
Photo village Ota : Ouest Corsica

Ce contenu a été publié dans Sortir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.