Ouest Corsica : Cargèse

Ce village très vivant, classé Monuments de France, est doté de bonnes structures scolaires et de professionnels (médecins, kinésithérapeutes) ainsi qu’un pôle santé et une maison de retraite, sans oublier le centre culturel, projet de longue date qui a fini par voir le jour.

Par Corinne Bénichou

Celui-ci porte le nom du conteur Natale Rochiccioli qui s’est approprié les fables de La Fontaine ‘à la sauce’ corse ! Il accueille des groupes musicaux en résidence sur une semaine afin de travailler sur un album. Les enfants profitent aussi de cet endroit avec des projections de dessins animés, diverses animations et des cours de musique, entre autres activités. D’ailleurs, de plus en plus de jeunes reprennent des affaires et font évoluer la vie de ce village de mille trois cents habitants. Pour la région, c’est une grosse commune. Le restaurant 20130 en est un excellent exemple, c’est un clin d’œil au code postal.

Sandrine, de l’office de tourisme, est la meilleure personne pour vous raconter le caractère singulier de ce village. « En Corse, il y a une croix à l’entrée comme à la sortie. Lors de la procession pascale grecque, premiers habitants, l’évêque d’Ajaccio se déplace. C’est une grande cérémonie. En novembre 2007, Aristide Nerrière a écrit un poème en hommage aux Grecs de cette localité. D’autre part, l’ancien stade étant trop petit, une place y a été bâtie. Elle permet d’admirer la vue sur le port. À l’automne, le bleu de la mer est très particulier, il se différencie bien du ciel et de la couleur rouge de la roche granitique typique de la contrée. Une splendeur naturelle à consommer sans modération ! 

À savoir que deux variants du gr20 (Mare e Monti, Mare a Mare) se terminent à Cargese(1)« Après la tour génoise en 2000, il y a quelques années, le Conservatoire du littoral a restauré le premier sentier pédestre en rempilant les murs à l’identique et les escaliers extérieurs. Du centre-ville, suivre le chemin des plages. L’objectif ultime est d’atteindre Piana en sept heures de marche. » 

Maintenant l’Histoire avec un grand H. Contrairement aux autres cités, ici, la construction est militaire, format caserne au cordeau. « En 1775, le gouverneur et comte, Charles Louis de Marbeuf, ami proche de Letizia Bonaparte, mère de Napoléon 1er, a demandé l’autorisation d’élaborer dans l’urgence cent vingt maisons en pierre de plein pied afin d’accueillir des familles grecques en transit vers Ajaccio. À cette période, les rez-de-chaussée étaient des caves, d’où les voûtes, les étages et les escaliers extérieurs ont été ajoutés bien plus tard. Il a fallu vingt ans pour construire l’église. Par la suite, un terrain a été offert aux Corses, appelés Latins, venus s’installer dans le but d’édifier un lieu de culte(2) » d’où la présence des deux paroisses toujours en activité avec l’autorisation papale(3) d’avoir le même prêtre. « De plus, elles se font face sans le vouloir, car les seuls terrains disponibles, à l’époque, se trouvaient sur les hauteurs de la Marine. Quant aux nombreux jardins, dans la partie sud,  les habitants en possédaient un, ce qui leur permettait d’être autosuffisants. Le lavoir, source d’eau est, lui aussi, toujours actif. Les commerces étaient situés dans les diverses ruelles. » Sur le panneau, apparemment le descendant du prêtre Mauriziu Chappet est le quatre cent quarante quatrième grec de Cargèse !   Au centre des rues se profilent les rigoles qui régulent la pluie jusqu’au port.  Au hasard de votre visite, levez les yeux et vous verrez des nids d’hirondelles. Elles sont protégées lorsqu’elles se logent sous les toits. Jusqu’à présent, les rues ne sont pas toutes identifiées ainsi que les numéros des portes, mais le processus commence à changer. À la mairie, une plaque commémore le jumelage avec Itylo, dans le Péloponnèse, ville natale des immigrants grecs du dix-huitième siècle. En montagne surtout, les demeures étaient pourvues de pierres plus longues qui permettaient d’ajouter des pièces. Elles étaient collées les unes aux autres pour une question de sécurité. De cette façon, les citoyens étaient à l’abri des guerres de territoire. « À partir de 1725, la Corse(4) devient française avec une présence militaire importante un peu partout sur l’île. D’ailleurs, la citadelle d’Ajaccio, comme celle de Calvi, en sont de parfaits modèles. Il y a dix ans seulement, elles ont été transformées en espaces culturels. Il n’y a pas si longtemps, les États-Unis voulaient implanter une base, il y a eu un tel tollé général, suivi du refus du gouvernement français, que la décision s’est tournée vers la Sardaigne.»

Durant votre parcours, une information importante vous sera révélée. En effet, selon les écrits, la Corse est une donation papale à la république de Gènes sans aucun papier officiel, elle est donc, à ce jour, propriété du Vatican. C’est une principauté au même titre que Monaco dont le rocher a été créé par un curé défroqué !

Découvrez les vidéos de ce voyage au https://www.facebook.com/profile.php?id=100063307116161

Office de Tourisme Intercommunal
Rue du Docteur Dragacci
20130 Cargèse, Corse
(011.33) 4.95.26.41.31
info@ouestcorsica.com
www.ouestcorsica.com

(1) Cargèse signifie la pointe sèche mais, à l’opposé de cette croyance, il y a beaucoup de sources  souterraines.
(2) Église romane datant de 1820.
(3) La particularité de cette congrégation est de reconnaître l’autorité du Pape.
(4) L’île a toujours été considérée comme un point stratégique en Méditerranée de l’Antiquité à aujourd’hui.

Photo sentier et tour : La-corse-autrement
Photo jardin : France-Voyages
Photo citadelle Ajaccio : Corsenetinfos.corsica
Dessin Corse : Cartes-2-france

 

 

Ce contenu a été publié dans Sortir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.