Cher Tchekhov de Michel Tremblay

Avec  Anne-Marie Cadieux (Claire), Henri Chassé (Benoît), Maude Guérin (Marie), Patrick Hivon (Laurent), Hubert Proulx (Benjamin), Gilles Renaud (Jean-Marc), Isabelle Vincent (Gisèle)  et Mikhail Ahooja (Christian).

1h45 sans entracte.

Jean-Marc (G. Renaud), un vieil auteur se confie. Bien des années auparavant, il a laissé inachevée une pièce en hommage à Anton Tchekhov dont l’action se passe dans une famille d’acteurs. Voilà qu’apparaissent, dans les splendeurs de l’automne, les préparatifs d’un souper à l’ombre d’une maison centenaire à Vaudreuil, en Montérégie. Dans cette fratrie de théâtre, il y a Benoît (H. Chassé), auteur en panne d’écriture depuis que Christian (M. Ahooja), critique de théâtre, l’a descendu trois ans auparavant. Or quand paraît Claire (A-M Cadieux), l’aînée, l’étoile de cette dynastie, avec le critique en question à son bras, il est à prévoir que le ciel va leur tomber sur la tête !

Par Corinne Bénichou

Jusqu’au 28 mai 2022, Gilles Renaud se met dans la peau de Michel Tremblay et offre au public une belle prestation verbale en quatre-vingt pages gratifiée d’humour et d’humilité. Les comédiens évoluent au gré des pensées, des doutes, des joies, des intermèdes et des corrections de ce narrateur, ce qui donne des situations tant amusantes que touchantes, des reprises légères comme profondes et des dialogues parfois bienveillants, de temps en temps enflammés.

Dans cette pièce hommage au grand dramaturge russe, l’écriture est contemporaine dotée de références montréalaises ciblées (restaurant L’Express, la rue Saint-Denis, le Plateau Mont-Royal). Elle donne l’occasion de présenter les protagonistes alors qu’un souper d’Action de Grâce se prépare.

Il est évoqué également le rapport à la critique, la bonne comme la mauvaise, son manque de respect, son mépris et ce complexe de supériorité exaspérant. Est-ce un règlement de compte ?

Une jolie mélodie au piano accompagne certaines scènes. La dernière se transforme en musique retentissante alors que les acteurs restent figés.

Plusieurs questions venant avec l’âge sont posées pendant cette heure quarante-cinq sur les planches « Ai-je déjà donné le meilleur de moi-même ? Suis-je dépassé par la jeunesse ? Que puis-je y faire ? »

C‘est dans mise en scène astucieuse de Serge Denoncourt que les comédiens évoluent avec grande inspiration. À mentionner les performances de Maude Guérin, Henri Chassé et Anne-Marie Cadieux.

Supplémentaires les 31 m1i et 1er juin à 19h30.

Théâtre du Nouveau Monde
84, Sainte-Catherine Ouest
Montréal
(514) 866-8668
https://tnm.qc.ca

Photos : Anne-Marie Cadieux © Julie Perreault, Henri Chassé © Maude Chauvin, Maude Guérin © Neil Mota, Gilles Renaud © Maxime Côté, Michel Tremblay © Laurent Theillet et Serge Denoncourt © Huguette & Prosper.

Ce contenu a été publié dans Théâtre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.