Jusqu’ici tout va bien de Mohamed Hamidi

Avec Gilles Lellouche, Malik Bentalha, Sabrina Ouazani, Camille Lou, Anne-Elisabeth Blateau, Loïc Legendre, Hugo Becker et Harmandeep Palminder.

jusqu'ici...Fred Bartel (G. Lellouche) est le charismatique patron d’une agence de communication parisienne branchée, Happy Few. Après un contrôle fiscal houleux, il est contraint par l’administration de délocaliser du jour au lendemain son entreprise à La Courneuve. Avec son équipe, ils font la rencontre de Samy (M.Bentalha), un jeune de banlieue qui va vite proposer de leur apprendre les règles et usages à adopter dans ce nouvel environnement. Pour les employés d’Happy Few comme pour les habitants, ce choc culturel sera le début d’une grande histoire où tout le monde devra cohabiter et mettre fin aux idées préconçues.

Durée : 1h30
Distribution : Les Films Opale
En salles depuis le 17 mai 2019

Par Corinne Bénichou

Le réalisateur, qui a offert, en 2016, le distrayant La vache, récidive avec ce long métrage édulcoré, produit par l’humoriste Jamel Debbouze, dans le but, outre de divertir, de briser quelques clichés établis (positifs comme négatifs) de chaque côté du périphérique.

Certaines scènes sont vraiment amusantes (toujours basées sur le réel) dont celle du recrutement où bon nombre de profils (intégriste religieux, diplômée trop qualifiée, malchanceux, magouilleur…) se présentent afin d’obtenir un emploi !

Ici le racket, qu’il soit effectué par les enfants et/ou les adultres, fait partie des mœurs comme les combines et l’intimidation.

Ce film typiquement français, voire parisianiste, devient universel par l’aspect humain que le cinéate y intègre et dans le fait que toute grande ville à sa/ses banlieue(s)/quartier(s) problématique(s).

Ici le traitement du sujet reste bon enfant et ne reflète pas la réalité, mais permet au spectateur de passer un moment sympathique en compagnie de l’excellent Gilles Lellouche entouré d’acteurs efficaces, sans oublier, Barry Wright !

Une comédie réussie malgré une conclusion assez rocambolesque.

Ce contenu a été publié dans Cinéma. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.